I will translate this page on the caduceus into English, if you wish to help me, thank you to write to me at yvesaccard.fr


Forme traditionnelle du Caducée

Dans sa forme traditionnelle, le caducée représente la dualité (les deux sinusoïdes en opposition de phase) l'équilibre entre les deux forces opposées produit la voie du juste milieu correspondant à l'axe vertical. Les opposés se rejoignent en bas (le fondement) et en haut au centre du cercle où se produit la libération et le rayonnement(symbolisés par les ailes).





Forme moderne du caducée

Dans sa forme moderne, une des sinusoïdes (ou serpent) a disparue, c'est le déséquilibre, notre monde ne considère que la partie matérielle et oublie la partie spirituelle. Les ailes ont aussi disparues le monde moderne s'identifie à son corps physique et oublie sa dimension cosmique. Rassurez-vous l'histoire finit bien, les hommes finissent par s'apercevoir que l'esprit et la matière sont deux manières différentes de voir une seule réalité.
Dans sa version orientale, le caducée correspond à l'énergie Kundalini qui emprunte trois canaux en passant par les chakras. Ces canaux se nomment Ida (à gauche), Pingala (à droite), et Susumna (la partie droite au centre).




Un autre exemple est ce qui ce passe en montagne, l'ascension de la montagne est souvent un symbole d'évolution spirituelle. Mais regardons plus précisément les sports d'hiver avec les pistes de descente et les remontées mécaniques. Sur les pistes, vous faites des zig zag, d'un coté et de l'autre d'un axe central (spirales du caducée) et une fois en bas, vous remontez en ligne droite par le tire fesse ou le télésiège (axe central du caducée).
Encore plus près de vous se trouve le tube cathodique de votre téléviseur, l'image est formée par un canon à électrons situé à l'arrière du tube, ce canon envoi sur la surface intérieure du tube un mince faisceau d'électrons qui éclaire un point. Ce point se déplace en partant du haut puis en faisant des allers et retours droite gauche et inverse, en descendant d'un pixel à chaque passage, une fois arrivé en bas de l'écran, le faisceau remonte brusquement et le cycle recommence. La encore on trouve ce même mouvement de l'escalier ou des pistes de ski qui nous rappelle l'image du caducée.


Un autre exemple de la complémentarité entre la ligne droite directe et le chemin sinusoïdal de la route en contrebas.
Peut être commencerez vous le voyage avec votre quatre roues motrices, pour faire les premiers kilomètres en lacets et ensuite, vous sortirez le piolet du sac pour escalader tout droit vers le sommet de la montagne, la ou il n'y a plus de route.
(C'est vous même qui créez votre route, loin des sentiers battus).
Et restez bien reliés (encordés) les un aux autres, sinon vous pourriez dévisser, l'image de la vis nous faisant aller vers la spirale du caducée.





Extrait du livre Pensées quotidiennes de Omraam Mikaël Aïvanhov:
Le caducée d'Hermès est un résumé de l'être humain. Le bâton représente la colonne vertébrale, et les serpents entrelacés les courants qui descendent depuis les deux hémisphères droit et gauche du cerveau. En réalité ce ne sont pas deux serpents enroulés autour de la baguette magique, mais un seul qui est polarisé. Le bâton représente toujours le principe masculin, et le serpent, la spirale, le principe féminin qui entoure, qui enveloppe le principe masculin afin d'exalter les puissances contenues en lui. Le bâton est une expression du plan mental, tandis que le serpent polarisé en positif et négatif est une expression du plan astral qui est parcouru par deux courants : l'un ascendant, l'autre descendant. Le caducée d’Hermès est donc un symbole des deux principes masculin (la baguette) et féminin (le serpent polarisé en positif et négatif car le principe féminin est toujours exprimé par le deux), c'est une représentation de l'homme avec toutes ses possibilités de développement en vue de manifester la puissance divine.


Le fonctionnement du tube cathodique nous fait pressentir la relation entre la partie verticale du caducée, qui peut s'incurver sous l'effet de champs magnétiques et donner ainsi des courbes, jusqu'à pouvoir balayer la totalité de la surface de l'écran.





Une vue un peu plus technique des bobines de déviation et sur les faisceaux d'électrons.
Le pinceau lumineux balaie une ligne horizontale puis il se décale légèrement vers le bas et recommence une autre ligne et ainsi de suite.
Arrivé en bas de l'écran, l'image est terminée, le pinceau va retourner en haut et recommencer une nouvelle image.
Ce tramage va créer un format d'image avec un certain nombre de lignes et de colonnes.


Une vue au ralenti qui montre un électron allant en ligne droite mais pouvant être dévié par les bobines qui s'allument (en vert) successivement.

C'est donc une action "spirituelle" (faite par des spires) qui permet de passer du droit au courbe.


Notre technologie moderne n'échappe pas au symbole du caducée ainsi considérez les différents étages d'un immeuble (semblables aux différents plans de l'existence), pour relier ces étages vous devez passer par des paliers (semblables aux chakras) et pour aller d'un palier à l'autre, vous empruntez soit l'escalier (sinusoïde tournant autour d'un axe) soit l'ascenseur (axe central lui même). Notez que dans certains vieux appartements, vous avez l'ascenseur au milieu de la cage d'escalier qui éventuellement est en colimaçon, la ressemblance avec le caducée est étonnante.

C'est l'appartement d'une amie, l'axe central vertical est bien visible (l'ascenseur qui mène au ciel ou chez mon amie), et tout autour, le chemin des écoliers en spirale pour ceux qui aiment prendre leur temps et admirer le paysage.





Et la double spirale de l'ADN cellulaire, ne vous fait elle pas penser à la double sinusoïde du caducée ? Ici la partie verticale est remplacée par les pontages horizontaux entre les deux brins de l'ADN, ce qui nous renvoi vers le symbolisme de la croix.

Vous pourrez aussi consulter le livre Le serpent cosmique de Jeremy Narby collection Terra Magna chez Georg Editeur SA





Les quatre états (ou quatre éléments) sont en rapport avec le caducée.
Le feu pénètre directement du ciel (soleil) vers la terre en traversant l'air et l'eau
Les deux états du milieu sont des fluides
Les deux serpents ressemblent à des spires, ce qui nous amène au mot spirituel (voir plus bas l'analogie avec le transformateur électro magnétique)
La partie droite verticale peut représenter la polarité masculine (émissive) et les parties courbes, la polarité féminine (réceptrice).





L'axe terre ciel (ou soleil terre) n'est il pas un fantastique caducée cosmique ?
Et n'est ce pas l'homme lui même qui est cette liaison entre le ciel et la terre.

Le terme "Liaison entre le ciel et la terre" est à prendre en temps que principe, principe qui a cependant tendance à s'incarner comme en témoigne la conquête spatiale qui a fait beaucoup rêver, après être allé sur la lune, Mars est en point de mire.


Ce double mouvement du ciel vers la terre (lumière ou esprit souvent symbolisée par la colombe) et de la terre vers le ciel (les arbres montent, les hommes envoient des fusées dans l'espace) pourrait correspondre au fait qu'il y a deux serpents dans l'image du caducée.
Ces images sont à la fois réelles et symboliques car l'homme ne monte pas physiquement vers le soleil, mais il s'élève spirituellement à travers son évolution intellectuelle, culturelle, sensuelle, artistique.





Voila un caducée bien étrange, le ciel y est toujours rond mais la terre est devenue carrée.
Pour les anciens Chinois, le Ciel et la Terre prirent consistance au sein d'une sorte d'éther primordial dont les éléments plus ou moins purs se séparèrent à la manière d'un fluide qui se décante.
Le Ciel, conçu tantôt comme une sphère, tantôt comme un dais de char, est rond par essence, tandis que la Terre qu'il recouvre est carrée.
Nous retrouvons aussi (très approximativement) un corps humain avec la tête qui est ronde et le tronc qui est carré (le membres ne sont pas la pour l'instant).
Dans le monde d'en haut (le ciel ou l'esprit), nous mettrons les idées, les concepts, les principes, tout ce qui est abstrait, et tout ça tourne rond.
Dans le monde d'en bas, nous mettrons les choses concrètes, stables, tangibles pour nos cinq sens.
Voyons maintenant l'interaction entre les deux mondes :
On raconte que c'est après avoir reçu une pomme sur la tête que Newton se mit à concevoir la théorie de la gravitation.
Voila donc une interaction qui part d'un fait (la pomme qui tombe) et qui aboutit un principe abstrait (la loi de gravitation).
Partons maintenant de la voie opposée : L'équation E=mc2 a été formulée en 1905 par Albert Einstein dans le cadre de la relativité restreinte, il a ensuite fallut attendre de nombreuses années(1951) pour voir apparaître la première centrale nucléaire qui est l'application pratique de la formule d’Einstein.
Voici donc un bon exemple d'une théorie ou d'un principe qui s'incarne dans des faits.
Plus généralement, il y a un aller retour entre les deux pôles :
Nicolas-Joseph Cugnot est un ingénieur militaire français, né à Void-Vacon, Meuse, le 26 février 1725, mort à Paris le 7 octobre 1804[1], connu pour avoir conçu et réalisé, entre 1769 et 1771, le premier véhicule automobile jamais construit. Il a d'abord imaginé son véhicule (dans la sphère de l'esprit), puis il l'a construit, mais les essais (les faits) ne furent pas concluants, le véhicule fût abandonné (mais il existe toujours de nos jours). L'idée fut cependant reprise avec l'idée d'utiliser des rails et la première locomotive à vapeur fut construite par Richard Trevithick en 1804. (Nouveau passage dans le circuit principes --> faits) et en fait chaque innovation emprunte ce circuit.





L'image ci contre, plutôt ancienne, montre deux aspects du caducée, premièrement le coté symbolique, l'emblème tenu dans la main droite et deuxièmement le coté réel qui est l'homme lui même (ou la femme, vous noterez la jupe) qui a les pieds sur terre et la tête dans son étoile (le soleil). L'être humain arrive ainsi à joindre les deux bouts (le ciel et la terre) à ce moment l'énergie circule et il devient une lumière pour le ciel et un engrais pour la terre (notez les racines), ainsi il peut éclairer et porter sa lumière vers tous ceux qui on envie de le suivre (qui n'aime pas le soleil).

Sur l'image tout à gauche, nous avons une foultitude de caducées, le personnage au centre figure lui même un caducée avec les ailes et les deux serpents au dessus de la tête, symbole auquel s'ajoute une croix.
Chaque main tient un caducée "simplifié" avec des ailes miniatures.
Les deux personnages en rouge tiennent aussi des caducées, l'un avec le bâton et un serpent, l'autre avec le bâton et les ailes, ces deux personnages sont tout à fait complémentaires.
Le personnage central est entouré par la lune et le soleil (le féminin et le masculin si vous préférez, ou l'émissif et le réceptif).
Les ailes sont à la fois en haut (aux épaules ce qui lui donne des épaules larges) et sous les pieds pour marcher sur un grand pied, ce qui peut rappeler hermès ou encore la notion de fractal (ce qui est en haut est comme ce qui est en bas).
Le détail important est qu'il est nu (pour faire un et unir, nu étant l'inverse de un) il doit en effet relier le ciel et la terre et en électricité, un fil doit être dénudé pour faire contact et faire circuler l'énergie.
Il faut cependant transposer cette notion sur des plans plus subtils, ce symbole n'est pas la pour nous inciter à faire du naturisme.
La nudité (plutôt à prendre dans le sens de pureté) est peut être celle de l'esprit et du cœur (les pensées et les sentiments), dont un aspect est bien illustré dans le tableau "La vérité sortant du puits". Elle sort en effet nue et certains tentent de la masquer (la nudité ou la vérité).





Ce caducée nous met sur la piste de la compréhension, on voit en effet ce que représente le cercle placé en haut au dessus de la verticale.
Il s'agit d'un soleil ou du moins de quelque chose qui rayonne, comme une flamme.
Les ailes nous rappellent que l'énergie rayonnante se propage dans l'air (comme les oiseaux).
Les deux serpents sont aussi dans le prolongement du centre du soleil et ils symbolisent aussi l'énergie vibratoire alternative qui descend vers la terre.
Le caducée serait un symbole prométhéen qui nous explique la marche à suivre pour faire parvenir à nous l'énergie du ciel (ou des dieux) et pour la faire remonter bien sur.
La photo de droite à été prise au niveau du portail d'entrée de la Femis (Ecole nationale supérieure des métiers de l'image et du son) située 6 rue Francœur dans le 18 ème arrondissement de Paris.
Cette école va certainement porter le flambeau de la connaissance très haut, la combinaison des ailes et du feu ne peut que porter loin (comme l'image et le son).





Voici maintenant un caducée réglable, le curseur du potentiomètre peut aller vers le haut ou vers le bas, ce qui aura comme effet de modifier l'intensité du rayonnement sonore.
Notez qu'il y a en général deux potentiomètres (canal droit et canal gauche) et que le courant électrique qui y circule est sinusoïdal, ce qui nous rapproche un peu plus du caducée avec ses deux serpents.
Ceci n'est pas du tout un accessoire superflu, si le son est trop faible, vous n'entendez pas, s'il est trop fort c'est désagréable, il faut donc trouver l'équilibre qui vous correspond.
Bouddha disait : si la corde du cithare est trop tendue, elle casse, si elle est trop lâche, elle ne produit aucun son. Pour résonner au mieux, elle doit se trouver au Milieu.
Le parallèle étant à faire avec l'évolution spirituelle de chacun ou il faut trouver la bonne position du moment, horizontalement et verticalement.





Un coup de fil sans fil à la patte ?
Le caducée va vraiment se nicher la ou on ne l'attend pas !
Un petit clin d’œil au rouge et au noir qui est un roman écrit par Stendhal.
La base est carrée signe de stabilité, on y retrouve cependant le mouvement incarné par le cadran tournant servant à composer les numéros, on retrouve aussi ce principe (appel lancé par le bas) sur les claviers d'ordinateur qui composent l'adresse URL du site destinataire.
Le soleil (ou le cercle) du haut est ici dédoublé, un pour l’émission (le haut parleur) et un pour la réception (le micro composé autrefois d'une simple grille contenant de petits grains de charbon).
Les esprits chagrin protesteront en disant qu'il n'y a qu'une spirale pour relier le ciel et la terre, contrairement aux deux habituelles, rassurez vous, la spirale visible est en fait une gaine qui contient plusieurs fils de cuivre, un pour le micro et un autre pour le haut parleur, soit deux sens de circulation possible pour l'énergie électrique sinusoïdale (nos deux serpents).

Une version plus récente est le lecteur MP3 faisant également office de récepteur radio modulation de fréquences.
Un seul serpent vert est réprésenté mais il y a bien plusieurs énergies en jeu, les ondes radio de 100 Mhz captées par le fil des écouteurs et les ondes sonores de 50 Hz à 1200 Hz renvoyées vers les écouteurs par le même fil.
Les ondes sonores sont en fait des ondes sinusoïdales électriques envoyées par le récepteur carré, elles ne deviendront des ondes acoustiques qu'après être passées dans le bobinage des haut-parleurs ou des écouteurs, qui sont eux aussi des "mini" caducées (vue en éclaté en haut à gauche).





Décoder le caducée, est ce la clé pour vous donner des ailes ? (passer du matériel au spirituel et réciproquement).
Cherchez la clé de sol (le chemin vers la terre, contrairement à la clé de soleil qui fait l'inverse), frappez et on vous ouvrira, ceux qui ont faim et soif seront rassasiés.
Arrivés en bas (dans l'instrument) les ondes (sinusoïdes du serpent) s'élèveront vers les cieux qui s’ouvriront à vous.

Notez que vous devrez utiliser les rayonnements (ailes) de votre tête et de vos pieds (encore le ciel et la terre !)





Vous connaissez peut être le mythe de phénix, l'oiseau qui renaît de ses cendres et bien nous ne sommes pas loin avec le caducée, c'est aussi un symbole de mort et de renaissance.
A noter que cette renaissance ne se fait pas n'importe ou, elle se fait en haut, au niveau du centre du soleil (le centre de l'esprit).

D'un point de vue symbolique, cette image peut représenter le renouveau de la pensée qui se fait dans la tête, mais il y a bien d'autres symboles à trouver, la tête n’est peut être qu’un relais, qu’une étape dans un parcours immense entre l'infiniment grand et l'infiniment petit.





Chose extraordinaire, ce logo a été choisi par une association de femmes et, comme par hasard, la terre y est représentée de façon prépondérante, en fond d'image.
Rappelons que la terre est de nature féminine, la plupart des caducées ne montrent que le ciel (le soleil) en partie haute sous forme d'un cercle et négligent la terre.
Marie christine Oghly nous indique ci dessous la signification de ce symbole.
La symbolique de notre logo, choisi par notre fondatrice en 1945 est :
Les ailes de mercure pour le commerce,
Le bâton du commandement
Et le serpent pour la renaissance en fait l'innovation
Le monde en arrière plan car notre association est devenue mondiale des 1947.


Voila un magnifique caducée, un bronze en trois dimensions s'il vous plaît.
Il est de l'Américain James Nathan Muir (1945)  et se trouve à l'université de Saint Louis.
Vous pouvez voir la réalisation et l'installation sur ce lien. Il souhaite en mettre un dans chacun des sept continents, faites lui une proposition.
La terre (en bas) est superbement représentée, avec la notion d'éclosion du globe en deux parties qui fait penser à l'éclosion de l’œuf d’où partira l'oiseau avec ses ailes (symbole du rayonnement ou du feu).
L'image d'une graine en train de germer pour laisser passer la première tige est aussi présente.
Ce globe en deux parties pourrait aussi rappeler l'histoire de la pomme croquée par Eve.
Sous ce globe, nous trouvons un socle qui rappelle le carré, symbole de stabilité.
L'association entre le socle carré et le globe renvoi au symbolisme des Francs maçon ou à celui des Tangkas Tibétains, visible sur la page symboles FMT.
Une autre lecture renvoi à différentes histoires du monde, notamment dans la cosmogonie chinoise, le monde est porté par quatre éléphants (quatre est un symbole de stabilité comme le carré) eux-mêmes soutenus par une tortue (le rond étant plutôt symbole de mouvement).

Le reste se passe presque de commentaire, le soleil, en haut est figuré par la tête entourée d'une couronne d’où partent des rayons (de soleils) ou des idées.





Après ce magnifique caducée en trois dimensions, revenons en France place de la Bastille (à coté du café philo des phares ou je vais tous les dimanches) pour trouver le génie de la liberté tout en haut d'une colonne de 23 mètres.
Le Génie de la Liberté représente « la Liberté qui s’envole en brisant des fers et semant la lumière ».
Il est nu (voir la vérité sortant du puits), le pied gauche posé sur la sphère, la jambe droite levée, les ailes déployées, une étoile sur le front.
Il tient dans la main gauche une chaîne brisée, et de la droite le flambeau de la civilisation.
Notre génie a donc pris les choses en main, la lumière dans la main droite (comme le sceptre des alchimistes), et il a brisé les chaînes dans sa main gauche (Jésus disait "la vérité vous libérera").
Il a toujours la lumière en haut (l'étoile au dessus de la tête comme pour la statue précédente), mais lui a mis en application, en acte, il a brisé les chaînes de l'habitude, de l'ignorance (voir le livre symbole de connaissance alchimique), de l'asservissement.
Le vertical peut se lire à travers la colonne de 23 mètres qui supporte notre génie.
Les deux serpents ne sont plus la, peut être ont ils disparus comme disparaît le cordon ombilical à la naissance (et donc à la libération) et que maintenant tout est "intériorisé" ?
L'embase de la colonne alterne entre le cercle et le carré, de nouveau un renvoi sur la page symboles FMT.
La liberté est donc en haut, ou ne s'acquière que si l'on est en contact avec le haut, inutile de continuer à ramper (en tenant la rampe), la clé est dans l'élévation tout en gardant un pied à terre et bien sur en faisant circuler (cercle = circle en anglais) l'énergie ou le feu (de Dieu).
Quand l'énergie circule (en cercle) tout tourne rond, vos phrases seront bien tournées, fini les mauvais tours et les tours de vis qui font se serrer la ceinture.

Rappel historique (qui coule de source):
Dès le 16 juin 1792, il est décidé que l’emplacement de la Bastille formerait une place dite « de la Liberté » et qu’une colonne y serait élevée, mais on y installa d'abord la Fontaine de la Régénération pour le 10 août 1793, elle était au cœur de la fête de l'Unité et de l'Indivisibilité de la République.
Cette fête révolutionnaire grandiose, organisée par Jacques Louis David et conçue par Hérault de Séchelles, fut la plus importante des cérémonies révolutionnaires. Un budget de deux millions lui fut alloué par la Convention.
Le parcours prévu pour le cortège avait cinq « stations » symboliques de la Révolution : des Champs de Mars à la Bastille en passant par la place de la Concorde.
La fontaine commémorait la prise des Tuileries de 1792.
Cette fontaine de style égyptien était une allégorie de la Nation, dont l'eau sortait des mamelles en deux jets recueillis dans un bassin.
La vérité et la liberté ont elles besoin d'être reliées à une source pour se manifester ? Nous avons déjà parlé du lien à établir avec le haut (le soleil, le feu, la lumière, la connaissance), le bas est aussi nécessaire avec son eau régénératrice.
Le mariage entre le feu et l'eau est très important, même les centrales atomiques ont besoin de l'eau pour refroidir l’excès du feu nucléaire.





Le logo de l'OMS (organisation mondiale de la santé).
Ils se jettent des fleurs (les lauriers).
Les ailes du caducée, qui symbolisent l'action bénéfique des rayons du soleil sont tombées sur terre pour devenir des lauriers à la gloire des hommes ?
Le coté matériel (la terre) est ici prédominant, pour ne pas dire exclusif, le soleil est réduit à sa plus simple expression.
Cette image figure bien la médecine dite "moderne" principalement axée vers l'empoi de molècules chimiques, ou d'appareils électroniques ou mécaniques (chirurgie).
L'aspect "vibratoire" n'est plus incarné que par la radiothérapie (destructive) et par les système de diagnostique (rayons X, scanner, échographie, IRM).





Nous sommes encore dans le domaine de la santé (ou plutôt de la maladie ?) Voici le logo de l'afssaps ce qui veut dire Agence française de sécurité sanitaire des aliments.
Nous retrouvons une forte ressemblance avec le caducée traditionnel, mais il y a quelques variantes, le cercle du haut s'est "décollé", notre agence aurait elle perdue en partie la tête ? Et les ailes sont très courtes.
Le principal changement est que la partie droite "centrale" a disparue au profit d'un étalement vers le bas ou trois éléments se retrouvent à l'horizontale.
D'abord le nom lui même de cette agence, ensuite le petit trait bleu pâle mis sous le logo et enfin les deux "jambes" de nos deux serpents qui s'écartent et s'étalent de façon peu habituelle.
Rappelons que dans la majorité des caducées traditionnels, le bas (la terre) n'est pas représentée, c'est à chacun de deviner cet élément.
En faisant une symbolique de comptoir, on pourrait interpréter ce logo en disant que cette agence va essentiellement s'occuper de problèmes matériels avec une petite approche spirituelle, mais comme elle a perdu (ou rejeté) l'axe vertical (la droiture), elle va faire beaucoup de choses de travers.
Cette agence n'existe en tant que telle que depuis 1999 et on ne saurait l'accabler de tous les problèmes sanitaires de notre époque, il y avait cependant avant elle d'autres "autorités ?" sanitaires qui ont été loin de respecter le premier serment d’Hippocrate "Primum non nocere" « d'abord, ne pas nuire ».
La France dispose d’une panoplie ahurissante d’agences et d’instances sanitaires : HAS, Afssaps, Ceps, InVS, ARS, DGS, ministère de la Santé.
Voici un petit historique :
Les prothèses PIP. Le Mediator. L’amiante. Le Distilbène. Le Chlordécone. L’hormone de croissance. Le scandale de l’Isoméride. Le sang contaminé. Les essais nucléaires. La vache folle (le prion). Le Vioxx et l'Arcoxia. La thalidomide. Le Bisphénol. le plomb. Le Di-Antalvic. Le talc Morhange. Le Roaccutane. Le Staltor, Le Cholstat. L'Avandia. Diane 35. Le Bismuth. Le glifanan. Le Radium.





Quetzalcoatl, chez les Toltèques et les Aztèques, dieu et roi légendaire très important, associé d'abord à la végétation puis à la planète Vénus.
Son nom signifie le Serpent à plumes. Aux alentours du Ve siècle apr. J.-C., les Toltèques l'adoraient comme divinité de la Fertilité, ce dont attestent les statues érigées à Teotihuacan.
Vers le IXe siècle, Quetzalcoatl devint à Tula une divinité de l'Étoile du matin et du soir, Vénus, et le culte qui lui était rendu changea avec l'apparition des sacrifices, qui semble-t-il ne furent pas des sacrifices humains.
Plus tard, entre le XIVe et le XVIe siècle, les Aztèques en firent le premier des prêtres, le protecteur des artisans et des livres et le symbole de la mort et de la résurrection. La divinité antagoniste, dans la religion toltèque dualiste, était Tezcatlipoca, dieu du Ciel nocturne. On croyait que celui-ci avait chassé Quetzalcoatl de la capitale toltèque, Tula, mais une prophétie annonçait le retour du Serpent à plumes. C'est pourquoi, lorsque le conquérant espagnol Cortés débarqua en 1519, le roi aztèque Moctezuma II le prit aisément pour le dieu revenu d'exil.
La légende de l'exil de Quetzalcoatl reflète sans doute des changements survenus dans la religion et dans la société toltèques comme le déclin des cérémonies traditionnelles à caractère agraire, associées au dieu, au profit des sacrifices humains, liés à la prise de pouvoir des classes guerrières.

Le  lien (au moins dans les apparences) avec notre caducée occidental est assez évident, mais l'association entre un serpennt (un reptile) et les plumes (un oiseau) peut nous rappeler l'histoire des dinausores qui avaient des plumes. Quelques explications à ce sujet sur ce lien :





Le caducée est aussi en rapport avec la création
et avec les cycles, on retrouve ici le chiffre sept et le
chiffre quatre. Notez le mouvement descendant
et le mouvement ascendant.


Voici maintenant comment prier pour avoir votre pain quotidien (si vous préférez la brioche, demandez à Marie Antoinette, elle en a perdu la tête).
Il faut que les choses soient rondement menées, voir menées à la baguette.
Le lien avec le caducée est le suivant :
Le caducée "global" est un symbole du lien dynamique entre le ciel et la terre (ou plus généralement entre deux pôles), ce lien est opérationnel en passant par différents plans "intermédiaires" symbolisé par les anneaux ou les croisement des deux serpents (ou énergie vibratoire).
Ici nous détaillons l'un de ces maillons (ou anneau) à savoir une relation client/serveur des analogies pourront être faites avec le monde informatique ou la notion client/serveur est très présente à travers le réseau internet.
Les plus religieux seront tentés de se mettre dans le rôle du client et de mettre Dieu dans le rôle du serveur.
Je conseillerais d'approfondir cette notion avant toute conclusion hâtive, je penche plutôt pour une vision fractale (qui complémente la vision unitaire) toute partie du tout étant à la fois cliente et serveur, à la fois dans le microcosme et dans le macrocosme.
Un cas particulier serait d'envisager tout événement à la fois comme une cause et comme une conséquence, ou de voir tout humain comme fils ou fille (ça c'est sur) et comme père ou mère (potentiel).
Dans la forme, vous avez l'axe central (la demande du client symbolisée par le trait en pointillé), les deux serpents matérialisés ici par un échange matériel (baguette contre monnaie).
La demande du client déclenche chez la boulangère un hymne de joie (représenté par la musique) car la plus grande joie pour un maître est de servir.
La bonheur de cet échange les envahis tous les deux et ils en viennent à voir la vie en rose.
Rose est un anagramme de Eros et de oser, c'est aussi un point de mélange et d'équilibre entre le blanc et le rouge dont je vous laisse développer la symbolique.





Au centre de l'image un ange de l'église Saint-Charles-Borromée achevée en 1737, elle est l'un des plus extraordinaires exemple d'architecture baroque en Europe centrale.
Elle est située à Vienne en Autriche, elle figure en médaillon à gauche de l'image.
Cette statue est à l'extérieur du bâtiment et se trouve à droite, au pied de la colonne de droite, un autre ange est située à gauche, au pied de l'autre colonne.
L'ange de gauche tient également une croix en main mais sans serpent, cette double représentation pouvant correspondre aux deux états de la matière : en vibration ou au repos (voir l'exemple de la corde de guitare).
L'aspect vertical du caducée est présent de plusieurs manières : L'ange debout lui même, la partie verticale de la croix tenue en main, la colonne à proximité de la statue et l'église en arrière plan qui s'élance vers le ciel comme la plupart des édifices religieux.
L'aspect "sinusoïdal" du caducée est présent également de plusieurs manières : Le serpent enroulé autour de la croix, la décoration des colonnes qui est une fresque s'enroulant en spirale sur toute la hauteur des colonnes.
L'aspect "ailes" est présent à travers les ailes de l'ange.
Un détail intéressant se trouve aux pieds de l'ange, à gauche du socle, pratiquement en bas de la croix.
Une tête de mort a déjà fait son apparition quelques images plus haut mais elle était située en haut (à la tête), ici elle se trouve en bas, aux pieds, la "bouche bée".
Si la tête de mort en haut peut symboliser la fin des illusions du mental (les théories et les idées abracadabrantes), la tête de mort en bas peut symboliser la fin du monde "physique" et c'est bien dans la terre (symbolisée par le quatre des quatre cotés du socle) que l'on met les cadavres pour que leur décomposition puisse nourrir les nouvelles formes de vie qui vont reprendre l'ascension vers le ciel mais avec de nouveaux idéaux).
Cette "double" mort (tête et pieds) fait penser aux paroles : "Alors je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre.
Le premier ciel et la première terre avaient disparu" Apocalypse 21.1-8
Le mélange entre la croix et le caducée est d'une manière générale assez peu représenté, vous en avez cependant un autre au cimetière du père Lachaise, figuré en médaillon en bas à droite de l'image ci-contre (qui fait partie du diaporama sur le caducée).
A Vienne nous avons une tête de mort en bas d'un hybride "caducée-croix" (il a fallu qu'il Vienne à moi ! ) et à Paris ,  nous retrouvons le même hybride "caducée-croix" dans un cimetière, avec le nom de Lacan écrit sur la tombe, ce qui est un anagramme du mot canal. Curieux non ?





Le cyclone est également un modèle de liaison entre le ciel et la terre, le ciel étant ici limité au monde des nuages, on voit bien le mouvement en spirale et la zone centrale qui est calme.





Un caducée bien improbable, l'axe central est une pile de 1,5 volts et la périphérie est une sinusoïde (un bobinage). L'axe central correspond à l'aspect électrique et la périphérie correspond à l'aspect magnétique (induction du bobinage). les deux donnent l'aspect électromagnétique. Le bobinage pourrait aussi symboliser le filament d'une ampoule électrique, ce qui donnerait un couple générateur/consommateur de courant.





La suspension de voiture (à gauche) est aussi un bel exemple de combinaison de la droite et de la spirale, ici on accumule et on restitue l'énergie.

Le bateau (à droite) peut aller tout droit ou tirer des bords, cette alternative nous redonne une partie du caducée.
Encore une fois nous avons le double mouvement de l'air et de l'eau (au préalable engendré par le soleil et la terre).





Et voici le chauffe-eau CHAUDAGAZ vous noterez l'axe central où brûle la flamme (le feu intérieur) qui va ensuite parcourir le serpentin extérieur et ou elle va se refroidir en cédant sa chaleur à l'eau qui entoure le serpentin. Vous pouvez cliquer pour agrandir l'image.





La vis et le boulon sont deux exemples de la réalité concrète du caducée.
La vis profite de sa spirale pour s'enfoncer dans le matériau (la terre symboliquement de forme carrée ici), cette énergie d'enfoncement lui vient du haut (le tournevis qui est lui même tenu par la main et qui s'accroche grâce à une tête en croix).
L'évasement en partie haute (la tête de la vis et du boulon) n'est pas sans nous rappeler les ailes du caducée.
Le tire bouchon : Encore un instrument qui relie le haut et le bas, dans un premier temps, on le tourne pour le faire pénétrer dans la terre (le bouchon), puis on lui imprime un mouvement ascendant vertical pour aller vers le ciel.
L'énergie est apportée par les ailes (le manche) à qui on applique un couple de forces.
A la fin de l'opération, nous avons réalisé une inversion de polarité : la bouteille qui était fermée, est devenue ouverte, le précieux liquide va pouvoir abreuver tout le monde.
Maintenant que vous avez le mode d'emploi, c'est à vous de vous ouvrir au monde.
Glissez votre souris sur l'image et le tire bouchon en action vous apparaîtra avec le double mouvement : Quand les bras montent au ciel, la vis s'enfonce, et inversement. Si la vis sent fond (ce) alors c'est du vice sans faim.





L'étude de la vis est terminée, sinon ce serait une vis sans fin.
Donc je vous propose d'aller faire un tour et de passer de la vis au tournevis.
Celui représenté à gauche se nomme tournevis spiralé à cliquet.
Comme tout bon tournevis, il relie le ciel (la main) à la terre (la tête de la vis qui est elle même un caducée).
Lorsque vous l'enfoncez (du haut vers le bas) il se met à faire tourner son embout.
Au centre il est en position dépliée et à droite en position enfoncée.
Selon la position du cliquet, il peut visser ou dévisser.
La main et le bras constituent le "couple moteur" correspondant aux traditionnelles "ailes" du caducée en position horizontale.
A gauche vous avez un détail de la partie centrale qui est à la fois rectiligne tout en montrant deux spirales contra rotatives, ce sont ces spirales qui permettent de transformer le mouvement rectiligne vertical en mouvement de rotation, cela a déjà été représenté sur la page "Vision de l'électron"





Restons dans les outils (un bon artisan a toujours plusieurs outils dans sa caisse).
Le ciel et la terre sont ici incarnés par les deux mâchoires qui peuvent se rapprocher ou s'éloigner selon l'action de la molette (la spire).
Comme pour le tournevis, une seule aile est suffisante (le manche de l'outil) puisque nous sommes sur terre.






Le jeu des assiettes chinoises est très connu au cirque.
L'image ci contre semble ne montrer que la partie verticale et l'assiette qui représente le feu (les ailes en rotation).
Mais pour que l'assiette ne tombe pas (pour que la vie continue) il faut impulser de l'énergie à la tige verticale qui va se mettre en rotation et commencer à ressembler à une spirale.

Donc nous avons une partie stable (l'axe vertical, la colonne vertébrale), et une partie en mouvement, les deux couplées par une relation à angle droit, comme l'arbre moteur et la roue.
Un aspect de la relation entre le cercle et la sinusoïde est donné sur cette page.


La vis sans fin ou vis d’Archimède possède aussi un axe central autour duquel s'enroule une spirale, le haut est en général occupé par un moteur (de même la vis manuelle qui possède une tête ou vient s'accoupler la force motrice du tournevis).


Un exemple qui rappelle l'escalier et ascenseur.
L'eau est propulsée au centre de la fontaine, à la verticale (grâce à une pompe) et arrivée en haut, elle redescend en de jolies arabesques courbes. Cela rappelle aussi les sports d'hiver ou l'on monte en haut des pistes de façon directe ,en ligne droite grâce au tire fesse et ou l'on redescend ensuite en courbes sinueuses.





Le transformateur électrique est aussi un bel exemple de caducée, on y trouve un axe central avec une forte perméabilité aux champs magnétiques et deux spires, juxtaposées pour des raisons pratiques mais qui pourraient aussi être entrelacées.





Les végétaux nous offrent beaucoup d'exemples de caducée. La tige principale du végétal peut représenter l'axe vertical du caducée sur lequel viennent naître les feuilles à intervalles réguliers, en décrivant des spirales.





          

La corde de guitare possède deux états, au repos ou excitée, la combinaison des deux nous redonne l'essentiel du caducée, une chose surprenante à constater est que, même au repos, les trois cordes des sons graves sont en fait constituées par des spirales, ce qui se voit si vous regardez attentivement la photo ci dessus en particulier au niveau de la première corde à l'endroit ou elle est enroulée sur la mécanique.

Le corp de la femme possède deux états, au repos ou enceinte (jeu de mot pour faire l'analogie avec la corde).
La corde de guitare peut vibrer à des fréquences de quelques dizaines de hetz à quelques dizaines de millier de hertz (du grave à l'aigu), l'amplitude est de quelques dizièmes de millimètres.
Le corp de la femme s'arrondi à une fréquence de 0.0000000428669 hertz (soit 9 mois), l'amplitude est de quelques décimètres (l'augmentation du tour de taille).

Notez aussi l'analogie avec le courant électrique, celui ci existe sous deux formes : le courant continu (représenté par une ligne droite) et le courant alternatif (représenté par une courbe sinusoïdale, ce qui peut aisément se visualiser avec un oscilloscope).





L'alignement entre la tête, le cheviller, le manche, le cordier et la pique nous donne la partie verticale "droite" du caducée.
Les cordes qui peuvent vibrer ou être au repos (voir l'image de la guitare ci dessus) nous rappellerons les serpents (ou énergie vibratoire).
On retrouve aussi nos deux serpents dans la forme même de la table d'harmonie (corps de la contrebasse) qui présente deux "ondes" d'une amplitude beaucoup plus grande que celle des cordes.
L'instrument a une tête et un pied, ce qui lui donne un coté humain, les bras pourront être figurés par l'archet.
Un détail intéressant est la volute (ou spirale) qui est tout en haut de l'instrument.
Si l'on se souvient que la caducée est la représentation symbolique de la liaison entre le ciel et la terre (plus généralement de la liaison entre deux pôles), ici nous dépassons le stade de la liaison entre le soleil et la terre, puisque le système solaire est rond, mais nous atteignons la dimension de la galaxie qui elle est en spirale.





Finalement, n'est ce pas l'homme lui même qui est symbolisé par le caducée ?
Le docteur House semble ne pas en douter, quand à la femme, elle sait cela depuis longtemps, vous noterez l'angle droit entre l'homme et la femme.





Moise et son bâton qui se transforme en serpent, une belle illustration du caducée, rappelez vous la corde de guitare qui peut être droite ou en sinusoïde selon qu'elle soit excitée ou non.
Notez le serpent sur la face avant de la coiffe du pharaon, le fameux serpent enroulé en bas de la colonne est peut être la moitié du mystère et la deuxième moitié serait la, devant nos yeux, attendant les retrouvailles entre le ciel et la terre.
Notez que le serpent de Moïse avale les deux serpents des Egyptiens ce qui pourrait symboliser la prochaine victoire du monothéisme sur les polythéismes.
La chose amusante à noter est que le monothéisme est une religion qui affirme l'existence d'un Dieu unique et la transcendance de ce Dieu, créateur du monde.
Dans cette acception exclusive, l'histoire des religions suit une définition précise.
« Il n'y a pour l'histoire des religions que quatre grandes religions monothéistes : le judaïsme, la religion de Zarathoustra (mazdéisme), le christianisme et l'islam. »
Auparavant, dès le XIVe siècle av. J.-C, le règne d’Akhenaton est le cadre d'une brève révolution monothéiste basée sur le culte solaire d'Aton dont la portée réelle est discutée et qui s'effondre dès la disparition de ce pharaon. (comme quoi il y a toujours des précurseurs).





Ici aussi une vision en plusieurs plans superposés, on voit nettement à gauche l'aspect homme-femme que symbolisent les deux serpents du caducée. Notez sur l'image de droite l'envolée vers le ciel, comme un ressort qui se détend, ce qui pourrait aussi faire penser à une évaporation ou à une sublimation, ce qui s'appelle aussi un changement de phase et ce qui nous renvoi aux quatre éléments, eux même en relation avec le solve et coagula des alchimistes. En cherchant bien, l'idée d'un vortex peut apparaître.






L'union des polarités opposées vue sous l'angle du caducée.

Notez que l'union est clairement représentée comme se pratiquant sur plusieurs plans (même si certains sont inconscients de cette réalité "subtile").
Le ciel est représenté par le couple dans le grand cercle hachuré, qui lui même contient un petit cercle centré sur la tête des personnages.
Nous sommes typiquement dans une notion de fractale.

L'image sur fond noir est assez ancienne, elle symbolise l'alchimie du couple avec la lune et le soleil en rappel des polarités émissives et réceptives.
Notez la délicatesse de l'artiste qui montre à la fois la puissance et la subtilité de l’accouplement.
L’entremêlement des jambes et des bras rappelle les spires du caducée, il peut nous faire suggérer le mouvement alternatif nécessaire au déclenchement de l'extase.
Le couronnement de nos deux amants peut symboliser la montée au septième ciel, ou au septième chakra, plus prosaïquement nous pouvons parler d'orgasme (orgasme contient or comme celui des couronnes).

Sous l'image, vous avez un lien pour télécharger le livre "The_sexual_Secret".
Le livre est en format PDF (En anglais pour l'instant) Le fichier fait 20 Mo et il faut plusieurs minutes pour le télécharger, vous devez avoir Acrobat reader pour le visualiser.

Pour entrevoir ou mène cet accouplement, caressez sensuellement l'image avec le poil de votre souris et la pulpe de vos doigts, et le ciel va vous apparaître (disons le début du décollage).
Le génie de la Bastille a encore un pied posé sur notre globe (non visible sur cette image mais visible sur celle-ci) alors que notre belle déesse a déjà la main sur la porte (la porte du ciel bien sur).
La complémentarité est parfaite, lui a brisé les chaînes du monde d'en bas et peut être saura t il les réutiliser pour se lier au ciel (puisqu'il les garde en mains, symbole de maîtrise), et elle va le porter (par la porte) elle montre la terre avec son index droit et n'ouvrira la porte du ciel qu'à celui qui s'est déjà libéré de la terre.
Notez que nos deux personnages ont les pieds légers sur terre, ne prenant appui que sur la pointe d'un seul pied, car il est dit "L'avenir appartient à ceux qui n'encombrent pas le ciel et qui ont les pieds légers sur terre".
La femme nous fait descendre sur terre à travers son utérus mais elle sait aussi nous faire remonter au ciel par son amour et son esprit.
Une approche métaphysique nous ferait dire : cette union des polarités permet à l'esprit de se libérer de la matière (ce que fait la lumière en s'échappant du bois à travers la combustion, après y être entrée par les feuilles et la photosynthèse).
Bon voyage mais attention à Icare, redescendez dès que ça devient trop chaud.




Téléchargez la vidéo : MP4,


Encore une autre façon de relier le ciel et la terre, aux manettes (avec les mains nettes) nous avons le doc (celui qui sait) et qui va vous renvoyer dans la bonne époque (le droit chemin ?).
Sa position élévée lui permet de vous aiguiller, il n'hésite d'ailleur pas à s'accrocher lui même aux aiguilles, ce qui est sa façon à lui de peser sur le temps et de le marquer.
Il commence donc par attacher le câble (sorte de cordon ombilical) vers le ciel, en occurrence les aiguilles de l’horloge situées en haut de la mairie de Hill Valley, ensuite, après une chute très rapide vers la terre (incarnation ?) il va à nouveau devoir brancher le câble au sol cette fois ci.
A noter qu'au moment crucial, il est lui même le conducteur de l'éclair qui va relancer la Dolorean, comme certains "Archanges" sont le lien énergétique entre le ciel et la terre.
Ce moment crucial est vraiment une croix si vous notez que le crochet de la Dolorean est perpendiculaire au câble électrique, et après le grand choc, il reste une sorte de croix de feu sur lequel s'attarde la caméra.
Naturellement l'horloge s'arrête, signe de la fin des temps ?
L'énergie divine (la lumière et la vérité) étant maintenant sur terre, la création est achevée.
Les fins limiers se rappelleront qu'il ne s'agit que d'une période de 1000 ans après laquelle le dragon sera à nouveau libéré de ses chaines, et c'est bien ce que nous aurons dans l'épisode III, l'horloge de Hill valley sera remise en service.
Un détail à préciser est que les câbles électriques de cette taille sont spiralés, pour mieux nous rappeler les serpents du caducée.
Et la cerise sur le gâteau est dans le nom du village lui même, Hill étant la colline, le haut et Valley étant la vallée, le bas, le ciel et la terre ne nous quittent décidément pas. Je ne parle pas de l'épisode avec les terroristes Lybiens pour un vol d'Uranium (film écrit en 1985 avec un dictateur Lybien sorti en 2011).





Tout feu tout flamme, le feu n'est pas seulement à l'extérieur (le soleil), il est aussi à l'intérieur (le feu nucléaire).
lorsque la lumière intérieure circule (comme l'électricité circule dans l'ampoule) alors la santé est la, le caducée est en pleine forme, il relie le ciel (la source solaire) et la terre (le réceptacle qui une fois fécondé, énergisé devient à son tour un producteur de merveilles)





Voici ce que devient le caducée cosmique (ciel terre ou soleil terre) revisité par la technologie humaine.

Dans le rôle du soleil, on trouve la centrale nucléaire (notez que le soleil est lui aussi un énorme réacteur thermonucléaire auto-entretenu)

La centrale produit du courant électrique à 400 000 Volts et les différentes spires vont correspondre à des transformations pour amener le courant à 20000 Volts, puis à 2000 Volts puis à 220 Volts puis à 12 Volts.

Au final l'énergie est utilisée par une ampoule de 12 Volts.
Dans toutes ces transformations, on retrouve des transformateurs électriques constitués par des spires (qui nous rappellent le mot spirituel), cette transformation n'est possible que par ce que le courant "respire" (encore le mot spirituel) en ce sens qu'il est alternatif, il change de sens 50 fois par seconde, tout comme nos poumons qui respirent en inversant le sens de l'air 12 fois par minute.

Notez qu'il manque l'axe central, mais la je vous laisse deviner.

Notez que dans le schéma classique, c'est le haut (le soleil) qui rayonne (le rayonnement étant symbolisé par les ailes qui servent à se déplacer dans l'espace, tout comme la lumière se déplace dans l'espace) alors que la c'est le bas (l'ampoule) qui rayonne.





Une autre version du caducée moderne moins symbolique que celle plus haut mais plus proche de la réalité matérielle.
Les spires citées plus haut sont ici bien visibles.

Vous connaissez l'expression "Dieu vous le rendra au centuple" et bien le transformateur électrique en est un très bon exemple.
Supposez que vous soyez du coté du 220 Volts et bien si vous faites l'effort de passer au travers du transformateur (au travers de la forme) alors vous serez du coté du 20 000 Volts.
Calculez le gain obtenu, le centuple est dépassé.


L'éolienne est peut être l'objet technique qui ressemble le plus au caducée.

On y retrouve les ailes (représentées ici par trois pales mais il existe aussi des éoliennes à deux pales), on y retrouve l'axe central (le mat ou le fut de l'éolienne), on y retrouver le cercle en haut de l'axe central (le rotor et le stator du générateur électrique qui tourne ce qui donne bien l'idée du rond), on y trouve les deux serpents (les deux fils électriques qui transportent le courant sinusoïdal vers l'utilisateur).
Une sinusoïde a bien la forme d'un serpent.





L'idée générale de l'éolienne est de prendre de l'énergie en haut (l'énergie du vent mais qui elle même vient de l'énergie du soleil) et de la distribuer en bas, vers la terre.
Et c'est peut être aussi l'idée générale du caducée : prendre l'énergie en haut (dans les plans subtils) et la distribuer vers des plans moins subtils.
C'est un voyage entre le ciel et la terre, comme dans l'échelle de jacob.
Ceci nous renvoi également au mythe Prométhéen.
L'aspect "descendre" de l'énergie du ciel vers la terre est à prendre un peu au niveau quantitatif, mais surtout au niveau qualitatif, dans ce cas on parlera plus d'informations (compréhensibles par le mental) ou de conscience (sensation d'être).





Et si maintenant, nous faisions l'inverse, prendre l'énergie en bas et la renvoyer en haut ?
Le cercle, en haut est devenu prédominant (il rayonne dans l'univers, même si pour l'instant il ne cherche qu'à joindre les satellites géostationnaires. A l'époque Pioneer 10, il s'agissait d'envoyer un message vers l'univers, dans ce cas le mât n'était plus nécessaire puisque l'engin émetteur était satellisé).
Le mât central vertical et bien visible, quant à nos deux sinusoïdes, elles se cachent sous forme de paires torsadées protégées dans des câbles ronds qui véhiculent un courant alternatif sinusoïdal modulé.
Si l'éolienne capte l’énergie du soleil pour produire de l'électricité, ici, l'électricité sert à produire des rayonnements électromagnétiques à des fins de télécommunication.
Ce passage d'ondes lumineuses à des ondes électromagnétiques se fait par l'intermédiaire d'un grand nombre d'appareillages techniques (de la matière).
Notez qu'un simple réverbère avec son ampoule (ronde) en partie haute, joue le rôle d'un caducée, l'alimentation électrique sinusoïdale rappelant nos deux serpents.




caducee caducee caducee caducee caducee caducee caducee caducee caducee caducee caducee
Pause

Je garde l'antenne (avant de la rendre à Cognac-Jay).
Au commencement était l'antenne râteau qui trônait en haut se son mat, bien orientée vers son émetteur et qui nous rappelle les ailes du caducée, pour le mat, vous aurez deviné, ce type d'antenne ratissait large.
Posé sur le mat métallique, vous pouvez apercevoir le câble d'antenne blanc, dit "câble coaxial" et en superposition, vous avez une représentation des signaux électriques (UHF VHF) qui circulent dans ce câble.
Ce câble d'antenne est aussi appelé câble coaxial avec un conducteur cuivre en son centre (qui se nomme l'âme) il est entouré d'isolant et ensuite d'un blindage en fils de cuivre très fins disposés en deux nappes enroulées de façon contra-rotatives, ce qui est exactement l'image du caducée avec ses deux serpents enroulés de part et d'autre de l'axe cental.
L'antenne a transformé les rayonnements électromagnétiques de l'émetteur en micro courants électriques, vous en avez de toutes les couleurs.
Nous avons une fois de plus la double polarité, l'antenne étant à la fois réceptive (par rapports aux ondes) et émissive (par rapport aux micro courants électriques).
Ensuite une analogie avec l'aura des saints est proposée et au final nous revenons à une forme d'antenne plus moderne dite "Antenne parabolique" sachant que jésus parlait déjà en paraboles, mais peu ont le décodeur pour le capter (relier le symbolique et le réel).
Vous pouvez faire une pause ou relancer le diaporama comme bon vous semble.





Un petit voyage dans le ciel vous tente ?
Le caducée serait il présent à l'échelle du système solaire.
Le principe des télécommunications spatiales semble l'indiquer.
L'énergie est tantôt utilisée pour sa puissance (l'énergie solaire) et tantôt pour son information (le signal des antennes).
Ce déplacement d'informations "horizontal" et qui doit en fait passer par le "vertical" rappelle notre croix.





Un nématocyste est un organite inclus à l'intérieur de cnidocytes, cellules caractéristiques des cnidaires. Ces organites vénéneux sont capables de libérer une substance urticante qui est caractéristique des cnidaires.
Les cnidocytes sont des cellules à usage unique ; une fois leur nématocyste utilisé, ils se résorbent pour être remplacés.
Le nématocyste est contenu dans le cnidocyte qui est refermé par un opercule. Il est composé d 'une capsule en forme d'ampoule recouverte de petits crochets à laquelle est attaché un tube en forme de fil. La capsule mesure entre 10 et 50 micromètres[1]. Lorsque le cnidocil est excité par contact, le nématocyste est libéré et se plante dans sa proie, les crochets l'empêchant de ressortir. Après pénétration, le poison contenu dans le nématocyste est injecté dans la proie qui est immédiatement paralysée.
Le nématocyste est expulsé par gradient de pression: il stocke dans sa capsule une grande quantité d'ions calcium qui vont être envoyés dans le cytoplasme du cnidocyte lors de l'excitation du cnidocil, ce qui augmente la concentration en ions calcium dans le cnidocyte. Cela crée une pression osmotique qui va causer une entrée d'eau dans la cellule. Cette augmentation du volume d'eau dans le cytoplasme provoque l'expulsion rapide du nématocyste.
Un nématocyste peut, sous certaines conditions, se déclencher tout seul, cependant, cela pose quelques problèmes pour le cnidaire. Premièrement, il doit éviter de se piquer lui même, deuxièmement, il doit remplacer le nématocyste car celui-ci est une cellule à usage unique et cela nécessite une importante dépense énergétique. Pour réguler l'utilisation des nématocystes, les cnidocytes sont raccordés à plusieurs types de nématocytes raccordés aux cellules de soutien et aux neurones. Les cellules de soutien contiennent des chémorécepteur, qui, ensemble avec le mécanorécepteur sur le cnidocyte (cnidocil), permettent seulement à la combinaison juste de stimulus: comme la natation de la proie et les produits chimiques trouvés dans l'épiderme de la proie, de provoquer l'expulsion du nématocyste.
D'un point de vus symbolique, nous retrouvons le lien entre le ciel (la peau de la proie) et la terre (la peau ou il est inclus), une fois l’excitation du cnidocil produite, il envoie la substance urticante vers le ciel en passant du mode "spirale enroulée, à gauche sur l'image" au mode "rectiligne déplié, à droite sur l'image" le produit urticant se diffuse après que la liaison terre/ciel soit établie, de même qu'un courant électrique ne peut s'établir qu'après connexion entre la source et le destinataire.
Le yoga parle d'une énergie primitive lovée au niveau du premier chakra, symbolisé par un serpent, dénommée kundalini, qu'il faut réveiller afin d'atteindre l'éveil.
Ce serpent lové qui se détend pour atteindre le sommet (la tête, le chakra coronal, l'éveil) est assez bien illustré par la cellule urticante appelée nématocyste en précisant qu'il s'agit d'un cas particulier mis au point par la nature, l'homme ayant à vivre cet éveil à une toute autre échelle de conscience.





Archéoptéryx
Le caducée semble à première vue assez hétéroclite en ce sens qu'il est composé d'ailes (qui nous rappellent les oiseaux) et d'un ou deux serpents.
Or une chose curieuse est de constater que les oiseaux descendent des dinosaures de l’ordre des théropodes. !
On peut tenter une explication en disant que les serpents représentent la partie la plus archaïque de l'homme (la plus matérielle, que cette partie a engendré une partie plus subtile (les oiseaux) et que les oiseaux savent voler pour retourner vers le soleil d'où est venue la création initiale.
D'un point de vue plus subtil, cela pourrait correspondre à trois plans de l'homme, le corps, les émotions, les pensées.
L'énergie, après s'être accumulée sur terre et y avoir mûrie s'élève progressivement vers le ciel (on élève bien un enfant), cette chose s'est déjà faite pour les dinosaures d'où sont issus les oiseaux (les ailes pouvant représenter la rayonnement solaire allant à vol d'oiseau d'un point à un autre, apparemment en ligne droite mais en fait en ondulant comme les vagues laissées par un cailloux sur un plan d'eau). L'arbre aussi, quand il brûle, redevient lumière et retourne vers le ciel, lumière qu'il avait patiemment accumulée et transformée sous forme de liaison carbone/hydrogène, grâce à la photosynthèse.
Cette mutation reste à faire pour l'homme, l'énergie est bas de sa colonne vertébrale et va remonter pour irriguer progressivement ou rapidement ses corps subtils (voir la page sur les chakras). Arrivé en haut, c'est l'envol, le décollage vers le royaume des cieux. Le changement de plan se fait par rotation à 90° (un quart de tour, comme les moteurs qui démarraient au quart de tour du temps de la manivelle).
Vous remarquerez que j'ai mis des ailes de papillon plutôt que des ailes d'oiseau, c'est un petit clin d’œil à la chenille (une sorte de mini serpent) qui se transforme en papillon après un stade de chrysalide, elle le fait durant une seule vie, alors que l'homme a besoin de nombreuses vies pour cela.




La péniche provoque un mouvement sinusoidal lors
de son passage sur l'eau. Ce mouvement est plus
visible à l'arrière du bateau mais en fait il existe
tout le long de la coque. Nous avons donc une
sorte de caducée horizontal !






Les deux spires du caducée (représentées ici horizontalement) peuvent évoquer beaucoup d'images liées à l'alternance entre une amplitude maximale représentée par l'arbre adulte, et l'amplitude minimale représentée par la graine. (l’alternance jour/nuit ou les quatre saisons)
Ces deux phases d'amplitude peuvent se voir comme l'analyse et la synthèse.
L'analyse (la décomposition en éléments simples) est faite par le mental qui donne une identité à chaque partie du tout pour mieux le comprendre.
Notez que la garagiste fait ça aussi avec votre voiture, il la démonte (en partie) pour faire l'entretien des parties démontées.
Cette partie d'analyse correspondrait à la partie de la courbe allant de la graine vers l'amplitude maximale.
Ensuite, il faut faire la synthèse car démontées les choses ne marchent plus, les exemples étant la voiture qui ne peut plus rouler quand le garagiste l'a démontée et par le mental qui peut bloquer une émotion (la vie) s'il est en train de la regarder d'un point de vue analytique.
Cette partie de synthèse correspondrait à la partie de la courbe allant de l'amplitude maximale(l'arbre)à l'amplitude minimale (la graine).
A noter un paradoxe, la partie minimale (la graine) est en fait la plus riche, chacun connaît les vertus nutritives des graines germées, ceci l'est pas sans rappeler l'antagonisme entre quantité et qualité évoquée sur la page des énergies subtiles.
On peut voir aussi la respiration des poumons (expansion, contraction) ou les battements du cœur (expansion, contraction) et pourquoi pas (en regardant loin) l'expansion et la contraction de l'univers (big bang et big crunch).
Citons aussi l'évaporation et la condensation de l'eau, utilisée par toute la biosphère mais aussi dans nos centrales de production électriques, nucléaires ou à énergies fossiles.
Notez que la graine se trouve au centre de la croix, la croix évoque le produit et la graine et bien produite par l'arbre, de même qu'elle produit un arbre.





Faites la rotation à 90° pour mieux ressembler avec une spire du caducée.
Dans une cellule en cours de division, on reconnaît bien des centres d'énergie ou tout semble converger et d’où tout semble repartir.
Ce qui peut faire penser aux chakras.
Ici, nous sommes au stade Métaphase
la forme générale ressemble à une onde du caducée mis ici à l'horizontale.





Nous sortons de l'ère des poissons dont le symbole ressemble étrangement à une spire du caducée.
Le rouge et le noir rappellent le déchirement entre ambitions et sentiments de Julien Sorel.
Ce roman est une brillante illustration des courants que nous n'avons pas encore unifiés en nous, la pensée et l'émotionnel, représentés symboliquement par le cercle et le carré,illustrés de longue date par les Tangkas Tibétains et par l'emblème des Francs maçons.


Peut être aurez vous reconnu Paris avec son boulevard périphérique (en bleu foncé).
Mais Paris a tourné de 90 °C la place de l'étoile (en orange) est en haut, la place de la nation (en bleu pale) est en bas.
En rouge vous avez le RER A et en vert la ligne de métro 1.
En noir la ligne 2 et en rose la ligne 6.
J’ai fait tourner Paris pour que vous voyez le monde sous un autre angle, et ce quart de cercle nous ramène au symbole de la croix.

Beaucoup de villes adoptent ce schéma, des axes centraux traversants et des rocades ou des périphériques, ce qui nous ramène au principe du caducée.
ciel, la nation devenant la terre.


Le renouveau du couple, ou comment passer du mode superficiel extérieur, au mode intérieur profond.





Le caducée est peut être un symbole ou un résumé de l'homme (l'homme étant lui même un symbole ou un résumé de l'univers), alors que serait le résumé du caducée ?

Pourquoi pas la graine d'érable ? elle a bien une aile et concentre en son centre ce qui vas devenir la racine en s'enfonçant dans le sol





Les ailes solaires ou le caducée version Egyptienne.
L'aspect "déploiement vertical" n'est pas encore opérationel comme il peut l'être dans notre caducée moderne.





Le totem des amérindiens nous rappelle également le caducée, on y retrouve les deux ailes et la superposition des figurines sur l'axe central qui nous fait penser aux différents croisements des deux serpents (chaque croisement délimite un plan ou une spire de la sinusoïde)





Un symbole du zoroastrisme, sorte d'hybride entre la croix et le caducée





La graine engendre par son rayonnement,
elle prend forme, elle descend dans les profondeurs,
puis elle s'éteint, seul con cœur continuant à battre
pour une future génération.





Je vous présente Icare et Icara, bien connus pour avoir voulu voler trop près du soleil et y avoir vu l'attache en cire de leurs ailes fondues et s'être retrouvés noyés.
Cette histoire est souvent prise comme symbole de celui qui veut trop s'approcher de la vérité et qui peut y perdre la vie.
Le film I comme Icare est un bon exemple de ce thème.
Le mythe de Prométhée ressemble également à celui d'Icare.
Notre serpent, l'énergie d'évolution (qui suit l'involution originale, retour à l'homogène, à l'uniformité) retourne vers le soleil (la source originelle), les arbres montent, les hommes montent, rêvent de voler (aujourd'hui ils font des fusées), mais s'ils montent trop vite, sans être prêts, ils retombent, d’où les nombreuses civilisations qui se sont écroulées, la notre atteindra t elle le but ?
C'est aussi l'histoire de la pomme (symbole de connaissance du bien et du mal) qu'il ne fallait pas croquer (le "croc" ou la séparation pourrait correspondre au fonctionnement du mental qui divise les choses pour essayer de les comprendre) avant d'être prêt faute de quoi c'était la chute (et maintenant nous ramons).





Excalibur est une épée de légende.
D'une manière générale l'épée est un instrument de vérité, grâce à ses deux tranchants, elle peut séparer le vrai du faux.
Mais pourquoi, selon la légende, cette épée a t elle été figée dans la pierre en attendant celui qui saurait l'en extirper ?
Plusieurs pistes sont à creuser, d'abord l'idée qu'il faut aller au cœur des choses (le cœur est à peu près au centre du corps et c'est de la que part le flux sanguin pour irriguer toutes les parties du corps).
De même l'épée est figée au cœur la pierre et c'est la qu'il faut aller.
La pierre peut symboliser la matière (les atomes) et l'on sait que c'est au cœur atomes (dans le noyau) que se trouve la fabuleuse énergie nucléaire (nucleus = noyau) qui est une grande quête de notre civilisation et qui n'est pas sans rappeler le mythe Prométhéen. En philosophie, le mythe de Prométhée est admis comme métaphore de l'apport de la connaissance aux hommes.
Dans la belle au bois dormant, le chevalier ne triomphe du dragon qu'en lui plantant son épée en plein cœur. (lien avec le symbole du tao ?).
Ce qui pourrait se comprendre par mettre de la lumière la ou c'est sombre à la fois dans le domaine des émotions et des sentiments (le cœur dragon) et dans le domaine de l'intellect (voir ci après).
Ezéchiel 36,26-27
Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf; j'enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair.
Retirer l'épée de la pierre (de la matière) peut vouloir dire arriver à comprendre ou à connaître la vérité ultime concernant la matière (trancher le vrai du faux) et quand vous avez réussi cet exploit, vous devenez le roi (vous rayonnez comme le roi soleil). Pour connaître parfaitement la matière, il faut aussi connaître parfaitement l'esprit, l'un étant le pendant de l'autre, ce qui est plus détaillé dans la page sur les 4 états.





Le caducée est capable de mutation.
On le retrouve ici sous la forme d'un réseau informatique. En haut est le serveur (l'équivalent du soleil dont tout le monde peut bénéficier).
En bas est le client (vous d'une certaine manière) et devinez par quoi ces deux machines sont reliées ?
Par une paire torsadée constituée par deux fils disposés en forme de sinusoïde, ce qui ressemble furieusement à nos deux serpents d'origine, qui plus est il y circule un courant alternatif sinusoïdal modulé.
Ces paires torsadées sont protégées par un câble rond et rectiligne (pour ceux qui chercheraient la verticale) ce qui se retrouve aussi dans l'éolienne.
Tant qu'a muter, le rond de la terre et du soleil sont devenus des rectangles (à l'intérieur duquel "tourne" le processeur).
Vous me demanderez peut être : ou sont passées les ailes ? Et bien elles sont représentées par la toile (le réseau Internet) qui permet de voyager à travers le monde à la vitesse de la lumière, donc beaucoup plus efficacement que les ailes des oiseaux.
La communication reste assez semblable : le client (vous) envoie une requête vers le serveur (très petite quantité d'informations) et le serveur répond en envoyant une grande quantité d'informations (des pages web, des sons, des vidéos...).
Ceci ressemble à l'éclair : Un premier éclair précurseur monte vers le ciel, il y fraye un chemin et ensuite le gros éclair descend avec toute sa puissance.
Une comparaison est aussi à faire avec le boute en train utilisé pour la reproduction des chevaux et pourquoi pas avec la prière. Frappez et on vous ouvrira (Luc 11 : 9).





Une autre façon de voir la relation client/serveur si utile pour le réseau internet.
Un résumé pourrait se faire en disant qu'une transformation dans le monde d'en bas (le clic sur un lien par exemple) engendre une transformation dans le monde d'en haut (l'envoi d'une page particulière par exemple).
Ceci n'est possible que si la relation ciel/terre (le câble informatique) est opérationnelle.





Réchauffons un peu l'atmosphère avant de nous quitter.
Nos caducées modernes sont décidément devenus carrés.
Notre chaudière est donc reliée sur le réseau de gaz de GRDF (la carte de France de ce réseau est mise de chaque coté de notre chaudière), elle produit de la chaleur qui rayonne vers les radiateurs des différentes pièces de la maison, mais ici, le rayonnement n'est pas lumineux (comme pour le soleil), il prend la forme d'eau chaude véhiculée dans des tuyauteries.
Ces tuyaux semblent droits mais en fait l'eau qui y circule est en régime turbulent (contrairement au régime laminaire), disons pour simplifier que l'eau circule en faisant des tourbillons que l'on peut comparer aux sinusoïdes du caducée symbolisées par le serpent.
On notera également que les tubes de cuivre à l'intérieur de la chaudière ont également une disposition sinusoïdale (en serpentin).
Enfin cette chaudière provoque de l'évaporation (passage de 'état liquide à l'état gazeux) et de la condensation (passage de l'état gazeux à l'état liquide).
Cette transformation nous rappelle les quatre états.
Une analogie (osée) pourrait être faite avec le cœur (relié aux poumons) qui envoie du sang oxygéné vers les différents organes du corps, le sang appauvri en oxygène retourne ensuite vers le cœur.





Vous avez un coup de pompe, voici de quoi relever le niveau !
Comme il y avait deux arbres au paradis, j'ai reproduit la chose en vous mettant à gauche la pompe de relevage Salmson GV-28 vue sous son aspect extérieur donc tout à fait fonctionnelle.
A droite j'ai un peu coupé les cheveux en quatre, je me suis éclaté pour vous montrer le dessous des cartes, les coulisses de la technique pour que la connaissance vous libère enfin. (La vérité vous libérera (Jn 8, 32)).
Les axes verticaux sont des arbres de transmission. (dans les voitures à traction arrière il y a aussi un arbre de transmission entre le moteur et les roues).
La transmission par l'arbre peut aussi se faire pour la connaissance et pour plein d'autres choses "subtiles".
Le moteur du haut (le ciel) est composé d'une partie statique qui se nomme d'ailleurs un stator et d'une partie mobile qui se nomme le rotor, la vue en coupe permet de distinguer ces deux parties.
Donc nous sommes typiquement en présence d'une dualité, d'un couple.
La turbine du bas (la terre) est également en deux parties, une partie statique en blanc sur l'image qui peut se nommer le carter ou le corps de la turbine, et la partie mobile en marron sur l'image qui est la turbine elle-même. Donc la encore, nous avons la dualité, le couple.
Si vous trouvez que ce caducée manque un peu d'ailes, imaginez le réseau EDF qui amène le courant électrique au moteur, comme dans l'image plus haut (celle de la chaudière avec le réseau gaz).

La force motrice du moteur se transmet vers le bas par l'arbre de transmission grâce à un "couple moteur", si vous avez un moment, révisez le théorème des moments.
Au final, nous pourrions évoquer le fait que le caducée ai une dimension "fractale", celui exposé ci-contre pourrait par exemple être mis en dessous de celui-la avec la production d'électricité.
Pour passer à la croix, nous pourrions ajouter un tuyau d'aspiration et un tuyau de refoulement (montré de façon un peu embryonnaire sur la pompe de gauche en bas) pour voir la partie horizontale de la croix, la verticale étant constituée par l'arbre moteur, la turbine représentant le cercle au centre de la croix.
Vous pouvez maintenant vous déplacer en grande pompe.
Le symbole de la pompe est : Il va lancer le transfert entre le ciel et la terre (ou entre votre magnétoscope et votre conscience) et c'est bien ce symbole que vous avez sur vos télécommandes.
Votre vision de la pompe étant au point, nous pouvons peut être passer à la psychopompe dont je vous rappelle le sens :
D'après la mythologie : divinité qui conduit les âmes des morts dans l'au-delà (Charon, Hermès, Orphée, Apollon).
Le parallèle avec notre pompe de relevage Salmson GV-28 est flagrant, dans le monde d'en bas (la terre ou la partie physique du corps humain) il y a un "fluide" (faute d'avoir un autre mot) et lorsque la personne est morte, notre psychopompe va "aspirer" ce fluide pour l'envoyer dans le monde d'en haut (l'au delà, le ciel, le paradis ....). Ceci n'est évidemment qu'une image, le sang qui circule dans vos veines est il vous même ? et si vous faites un dont du sang, la pochette de sang est elle toujours vous même ? et si on vous réinjecte ce sang, redevient il vous même ?

     

 

Sans lui, notre "civilisation ?"  moderne ne serais rien, voici une vue éclatée de la partie centrale d'un moteur électrique, qui se nomme le rotor ou "'arbre moteur".
La partie haute qui est circulaire se nomme le collecteur, l'électricité est appliquée sur ce collecteur simultanément par la droite et par la gauche, à travers des "charbons" qui sont les parties noires que l'on voit de chaque coté.
L'électricité arrive à ces charbons par les fils électriques (+ et -), les ressorts servent à rendre le contact permanent entre les charbons et le collecteur (les charbons s'usent et il faut les pousser grâce aux ressorts, puis il faut les remplacer).
Les bobinages du centre font face à ceux du stator (non représenté ici) ils rappellent les spires centrales du caducée "classique".
Ce caducée reçoit une forme d'énergie (l’électricité) venue du haut (le ciel) et la renvoie vers le bas (la terre) sous sous forme d'énergie mécanique (de mouvement).
Cette situation est réversible, comme l'éolienne nous le montre.





Nous voila descendus bien bas, pour vous prouver à toute force que le caducée est partout, je n’ai pas hésité à greffer le haut d’un bras sur le bas d’une jambe !
Ainsi, en levant les bras au ciel et en gardant les pieds sur terre, nous pouvons enfin joindre le ciel et la terre, ce qui est (selon moi) le principe de base du caducée.
La partie centrale et verticale du caducée est ici incarnée par l’os, l’os étant en général creux, ce qui fait un lien avec le symbole de la fontaine ou l’eau s’écoule au centre vers le haut avant de redescendre en de jolies arabesques (vient d’Arabe ?).

Pour l’os, la garniture intérieure est la moelle, qui a un rôle très important dans notre biologie.
Les serpents habituels sont ici figurés par les muscles bien arrondis et qui ont un rôle moteur « actif » à comparer au rôle « passif » des os.
Les os fournissent cependant la solidité de la structure, la mobilité étant assurée par la combinaison entre les muscles et les articulations le tout piloté par le système nerveux, le cerveau et la conscience.
Il nous manque cependant les ailes pour pouvoir décoller.
Avec un peu d’imagination, on pourrait dire que deux pieds mis talon contre talon, en alignant le tout, ressembleraient vaguement à un paire d’ailes, mais ce serait un peu tiré par les cheveux (cheveux = ciel et pied = terre).
C’est la que la mythologie peut venir à notre secours, le dieu Hermès pour les Grecques (Mercure pour les Romains) avait des ailes sur les épaules et aux talons !
C’est peut être de la que vient l’expression « avoir quelqu’un sur les talons » ou « avoir les chevilles qui enflent » ?

Maintenant passez votre souris sur l’image de gauche et la vérité vous sera révélée.
Nous avons la un caducée intéressant puisqu’il est inversé, illustrant la célèbre citation de la table d’émeraude « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».
Ceci est aussi à rapprocher de la notion de centre, qui peut être en haut (dans le macrocosme) ou en bas (dans le microcosme), le lien suivant vous en dira plus.
Il vous reste à prendre vos jambes à votre cou ou à prendre votre pied pour vous envoyer en l’air, mais sans cou rire.

La marche à suivre est ainsi, après avoir passé beaucoup de temps à descendre, à s’incarner (selon le mouvement ciel -> terre) il nous fallait trouver le moyen de remonter la pente, de retourner vers le créateur (l’aspect de nous même qui est créateur), c’est ce que font beaucoup d’hommes en voulant devenir roi du monde, ou en construisant l’immeuble le plus haut de monde, ou en envoyant des fusées dans l’espace.
Au moyen âge, cette course vers le ciel se faisait par l’intermédiaire des cathédrales dont les nefs furent de plus en plus élevées au fil du temps.

Mais vous l’aurez compris, c’est à l’homme lui-même (dans son for intérieur) de suivre ce chemin ascensionnel, chacun selon sa compréhension et ses moyens.
Cette remontée à partir du pied n'est pas sans rappeler le dernier acte de jésus qui fut de laver les pieds de ses disciples, certaines motos se démarraient au pied (au kick) qui est une combinaison entre une poussée vers le bas et une rotation.
Pour partir d'un bon pied, déployez vos ailes.





Le Modulor est une notion architecturale inventée par Le Corbusier en 1943.
Silhouette humaine standardisée servant à concevoir la structure et la taille des unités d'habitation, comme la Cité radieuse de Marseille, Maison Radieuse de Rezé ou l'Unité d'habitation de Firminy-Vert, elle devait permettre, selon lui, un confort maximal dans les relations entre l'homme et son espace vital.
Ainsi, Le Corbusier pense créer un système plus adapté que l'actuel système métrique, car il est directement lié à la morphologie humaine, et espère voir un jour le remplacement de ce dernier.

Il s'agit d'un mot-valise composé sur « module » et « nombre d'or ». En effet, les proportions fixées par le modulor sont directement liées au nombre d'or.
Par exemple, le rapport entre la taille (1,83 m) et la hauteur du nombril (1,13 m) moyennes est égal à 1,619, soit le nombre d'or à un millième près.
D'autre part la taille humaine standard 1,83 mètre est basée sur l'observation de l'architecture traditionnelle européenne et de l'utilisation des proportions de cette unité pour élaborer l'harmonie d'une architecture.

Cet extrait de WIKIPEDIA nous montre une autre relation entre l'homme et l'univers et je vous laisse commenter le rapport avec le caducée, Le Corbusier a déjà été mentionné dans la page sur les quatre éléments.





Vous doutiez que le caducée puisse vous élever vers le ciel, en voici la preuve en image.
Certes celui-ci ne vous conduira pas jusqu'au soleil mais tout juste à quelques mètres de haut.
Cet aspect terre à terre fait que nous ne reconnaissons plus nos jolies courbures des serpents, ici tout est droit, rectiligne.
On retrouve toutefois du rond au niveau des axes de rotation des bras.
Les ailes sont devenues un simple plateau (plate forme) garni de garde-corps dentelés, mais ces ailes embarquent beaucoup de monde.
prêts pour le décollage : lancez la vidéo.
Y voyez vous une petite montée de la kundalini qui monte qui monte (comme la bébête) ?


Voici un caducée qui devrait vous faire partir en flèche : la grue à tour.
L'axe vertical est bien la et s'appelle le fût (nous verrons plus loin pourquoi) il nous rappelle le chiffre quatre puisque ce fût a généralement un base carrée à l'intérieur de laquelle le grutier peut se hisser au sommet vers la cabine.
Pour faciliter le passage du grutier, l'intérieur du fût est équipée d'une échelle à crinoline qui a une forme ronde ce qui renvoi au cercle à l'intérieur du carré (à voir sur la page symboles FMT).
Nous avons donc toute une collection de verticales : le fût avec ses quatre profilés d'angle, l'échelle (de Jacob ?) qui mène de la terre au ciel (la cabine de pilotage) et pour finir le câble électrique qui alimente le moteur du treuil.
Nos deux serpents, comme dans le cas de l'éolienne mais à l'envers puisque c'est la terre qui alimente le ciel (le moteur du treuil) correspondent à l'énergie électrique sinusoïdale véhiculée par le câble.
Le cercle au sommet de l'axe vertical est doublement représenté par le moteur électrique (rond) couplé au treuil (rond), cet accouplement a déjà été étudié avec la pompe et constitue lui même une forme de caducée.
Ces deux éléments ne sont pas visibles sur l'image ci contre, vous pourrez cependant imaginer l’œil (rond) du grutier qui permet de tout diriger comme l'antique vigie au somment du mat des bateaux.
les deux ailes sont la mais déséquilibrées, comme un parent qui porterait son enfant sous un seul bras et qui devrait se pencher pour rétablir l'équilibre.
Dans la pratique la grue est équilibrée par la petite flèche ou est placé un contrepoids fixe qui vient compenser la charge mobile portée par par la grande flèche.
Les flèches ne volent pas aussi bien que les ailes des oiseaux mais elle peuvent tourner tout en portant des charges énormes.
Le voyage entre le ciel et la terre est très bien représenté, nous avons le grutier, le courant électrique du treuil et les charges pour construire le bâtiment.
Un détail intéressant à noter est la ressemblance avec une croix et nous avons même le cercle au centre de la croix (le moteur et le treuil).
Mais le plus extraordinaire c'est que ce caducée a un enfant (en couleur orange sur l'image) qui est le palan avec son crochet (il est vrai que les enfants vivent souvent au crochet de leurs parents du moins au début).
Chez lui tout est inversé, le cercle est en bas (le palan et le moufle) les ailes correspondent à la charge portée, une poutrelle dans notre cas et il est relié par deux câbles à un chariot (de même que les enfants sont menés en poussette) coulissant sur la flèche principale. Ces câbles seraient l'équivalent du cordon ombilical chez le fœtus.
Et c'est l'enfant qui construit le bâtiment tout en étant soutenu par les parents.
Donc ce ne sont peut être pas les cigognes qui amènent les enfants, mais les grues !
Rassurez vous, la grue n'est que provisoire ensuite, on dira d'elle qu'elle fût. attention au ciel sur la tête.





St Michel terrassant le dragon nous donne un bel enseignement.
Sur l'image de gauche, le ciel et la terre sont séparés (après la "chute" ?).
En haut (les ailes, le ciel) et en bas le dragon (l'énergie brute non maîtrisée).
Grâce à sa lance (droite) St Michel terrasse (met en terre ou relie la terre) l'énergie brute (les instincts ?).
Ainsi canalisée, l'énergie horizontale va pouvoir se dresser (devenir droite) et monter vers le ciel.
Au final nous obtenons le caducée avec les ailes en haut (les ailes de St Michel qui symbolisent l'aspect feu ou énergie rayonnante).
La lance de St Michel est devenue l'axe central du caducée qui va guider notre énergie.
Notez que la lance de St Michel vise la bouche (le centre) du dragon, la ou le passage est possible, quelquefois c'est le cœur qui est visé comme dans "La belle au bois dormant" mais l'idée générale me semble être la même.
Un parallèle est à faire avec la fameuse Kundalini dont WIKIPEDIA nous déclare "La Kundalini est un terme sanskrit lié au Yoga qui désigne une puissante énergie qui se trouverait logée dans l'os sacrum. Elle est représentée comme un serpent enroulé sur lui-même trois fois et demi".
La "montée" de cette énergie pour aller alimenter le monde d'en haut se fait elle uniquement si le monde d'en haut (l'ange ou l'archange) fait descendre (lance) un support, un axe en direction du monde d'en bas.
L'accumulation d’énergie en bas est une constante, c'est bien la (dans la terre) que l'on trouve du pétrole, du charbon, du gaz méthane, du minerai d'uranium.
Toute cette énergie accumulée va être extraite et nous propulser de différentes manières.
Pour les pointilleux qui feront remarquer qu'il y a aussi de l'énergie en haut (dans le soleil), la réponse demanderait un développement qui sortirait du cadre de St Michel.
De même l'homme a maîtrise l'énergie électrique grâce (entre autre) au câble électrique qui conduit longitudinalement tout en isolant latéralement.
Ce passage de l'énergie horizontale à l'énergie verticale est une constante, nous la retrouvons dans les passages suivants:
Plan minéral (horizontal) vers le plan végétal (vertical)
Plan végétal (vertical)vers le plan animal (horizontal)
Plan animal (horizontal) vers le plan humain (vertical)
et la suite : Angélique, Archangélique, Divin ?
L'idée générale de cette symbolique serait de ne pas "tuer" le mal le méchant le maudit, comme Ulysse qui tue le cyclope, mais au contraire de laisser cette énergie monter en nous pour lui permettre de s'exprimer, pour la raffiner à condition bien sur de laisser passer l'autre courant d'énergie qui va du ciel vers la terre (les deux serpents du caducée).
Réglé trop haut, vous faites comme Icare (pas Accard hein) vous vous brûlez les ailes et c'est une fois de plus la chute (à comparer avec le fusible électrique).
Réglé trop bas, c'est l'enlisement l'aveuglement l'étouffement la stagnation.
Donc trouvez la note juste : le mi (comme moitié, ma mie = ma moitié).
Même le nom de St Michel nous donne ce mi (mi-chemin, mi-temps).
Car c'est bien celui qui est au mi-lieu qui peut le mi-eux relier les deux pôles, les deux extrêmes.
Les guitaristes ont un médiator et la justice le médiateur.
Soyons donc a-mi a-mi (pour aller a Miami).
Pour la deuxième partie du nom de Michel : chel, elle peut rappeler échelle ce qui nous entraînerait vers l'échelle de Jacob, elle aussi faite pour relier le ciel et la terre, avec ses nombreux barreaux ou ses nombreux plans, que l'on retrouve aussi dans la planche 1 du Mutus Liber.
Tout ceci est pour les braves (ceux qui ont des bras, pas de bras pas de chocolat).




naissance de vénus sandro botticelli


     
     

caducee-chakra


Vous allez voir défiler ci-dessus toute votre vie en une fraction de seconde (il paraît que ça arrive dans certains accidents graves).
L'histoire commence à l'horizontale, ou vous étiez dans de beaux draps (je parle de la relation entre vos parents), ensuite vint l'accouchement qui se pratique aussi à l'horizontale (à part chez certains peuples ou la coutume veut que les femmes accouchent assises ou accroupies).
Ensuite vint une période ou vous fîtes l'expérience de la verticalité et que je vais détailler plus bas, et enfin vous repartirez toujours à l'horizontale dans la petit boîte (la boite à feu).
Je me suis contenté de vous raconter le début et la fin puisque nous sommes sur la page du caducée qui résume admirablement le mariage entre vos courbes et la verticalité.
Dans ce milieu de vie, nous avons des hauts et des bas et quelquefois des ébats ou des débats assez bien illustrés par la sinusoïde amortie (en bleu ici) qui pourra aussi nous rappeler le lien avec les ailes du caducée symbole de rayonnement.
Au début, la maîtrise de la verticalité est assez chaotique et nous avons besoin de l'aide de nos parents ou de différents accessoires pour nous y initier.
L'adulte quant à lui est tout à fait à l'aise mais il préfère souvent se mettre en couple, non pas pour tenir sa verticalité "physique" mais plus pour construire une verticalité "Psychique" ou "spirituelle" (et je ne parle pas de la verticalité nécessaire à la création des enfants).
Ensuite (symétrie oblige) on retrouve l'aide d'un tiers ou d'un accessoire pour se maintenir debout.
Voila, vous avez fait le tour de la question, je ne doute date que vous reviendrez faire un tour ici ou la.
Notez que l'expression "la roue tourne" est ici brillamment illustrée puisque l'axe de la roue de vie démarre à l'horizontale puis tourne pour passer à la verticale et ensuite retourne à l'horizontale, et le déploiement d'un cercle dans l'espace est une sinusoïde !
En résumé, je dirais que pour être debout (debout = deux bouts) il faut joindre les deux bouts (le ciel et la terre) et rester branché (pas seulement s'accrocher aux branches).
L'énergie pourra alors circuler (décrire un cercle) et mettre en tension, abreuver, instruire, féconder, illuminer, réchauffer.


Quelle relation  entre :

L'évolution de la vie animale sur terre, qui est passée du reptile à l’archéoptéryx (avec des ailes) puis au volatile comme on le connait encore (le pigeon), puis à l'être humain pensant, venu beaucoup plus tard.

Le symbole du caducée ou l'on retrouve le triptyque serpent/oiseaux/lumière.

Nos trois cerveaux, reptilien, limbique et néo cortex.

 


 

Caducee Une dernière image en forme d'apothéose (dont le sens est "Mise au rang des dieux").
L'artiste m'a envoyé la peinture de son caducée après avoir pris connaissance de mon site.
Cette peinture est incroyablement développé et détaillé et tout cela a été fait par intuition, en opposition à ma démarche qui est plutôt mentale.
Les deux visions se rejoignent, ce qui montre la complémentarité possible entre l'approche sensible et l'approche rationnelle.
Le soleil est majestueux, son rayonnement est exprimé de trois manières :
  • Les rayons ondulés qui partent dans toutes les directions et dont la forme est très explicite quant à la nature vibratoire de la lumière.
  • L'oiseau qui est une forme plus symbolisé du rayonnement solaire, les oiseaux volent dans l'air comme les rayons du soleil se déplacent dans l'air.
    Ce côté animal est plus développé que les simples atomes de gaz composant le soleil et de plus la tête de l'oiseau peut nous rappeler la notion de conscience qui siégerait dans le soleil, cette notion est renforcée par les yeux mis dans les nuages du ciel, l’œil est souvent pris comme symbole de conscience, comme dans le billet de un dollar ou comme dans le retable de l'église de Hazebrouck.
    Remarquez à cet effet que le mot soleil contient le mot œil.
  • Les deux serpents vert sont aussi des symboles, mais qui atteignent la terre (les autres rayons partant vers l'univers infini).
    Ces deux rayons vert sont représentés de façon plus explicite que l'ensemble des autres rayons partant du soleil parce que ce sont justement ceux la qui atteignent notre planète.
    L'aspect tri unitaire est classique avec un axe droit et deux sinusoïdes (les rayons du soleil sont souvent représentés comme des rayons de bicyclette).
La terre (monde d'en bas) est très bien représentée, en général elle est absente où alors il faut la deviner.
La dualité du bas est représentée par le couple homme/femme bien au cœur des choses et entouré des 4 éléments.
Une deuxième lecture de la dualité est vue à travers le couple soleil/lune à lire cette fois sur les plans intérieurs entouré par plusieurs sphères qui peuvent symboliser différent plans de conscience tous en rappelant les 4 éléments.
En fait la terre recrée un caducée à son niveau ce qui va dans le sens d'une vision fractale du monde, vision traditionnellement appelée microcosme et macrocosme, sachant qu'il y a une respiration entre les deux, comme entre la graine et l'arbre.

VitrailDes rayons du soleil légèrement ondulés sont aussi visibles sur le vitrail principal de la sainte chapelle à Vincennes.

La suite de cette page est une étude sur la partie centrale du caducée, à savoir la verticale.
(cliquez ici pour voir la page sur la verticale).
La deuxième partie de cette page sur le caducée est composée essentiellement d'images, elle est visible ici page 2/2.
Un diaporama sur les caducées Parisiens vous est également proposé sur ce lien.

N'oublions pas que le caducée est l'emblème des médecins qui s'occupent de la santé
Autres sites sur le caducée : Teosofia : Hermes: Dr Aly Abbara : baguette : Médecins : Gay Roger : Racines et traditions : James Nathan Muir (en anglais)

Retour vers un monde rayonnant (attention aux yeux)